1 – Periscope (2)

Quentin s’ennuyait ferme dans sa chambre. Il avait laissé sa famille sur le canapé du salon devant une série de Netflix qu’il avait déjà vue en streaming. Il lança Twitter sur son tout nouveau Nexus et fit défiler les messages débiles qu’avaient postés ses potes. L’un d’entre eux retint son attention. Il mentionnait l’existence d’une nouvelle application nommée « Periscope » permettant de diffuser des vidéos en temps réel depuis la caméra de son smartphone : « [Comme Snapchat mais EN LIVE !!!] ». Il voulut essayer. L’installation prit moins d’une minute. Une fois démarrée, l’application lui proposa de se connecter avec son compte Twitter, ainsi tous ses contacts sur cet outil très populaire de microblogage seraient importés automatiquement. Avant de se lancer, il chercha à en savoir un peu plus sur son fonctionnement, histoire de ne pas se ridiculiser avec des erreurs de débutant.
Sur la page principale du logiciel s’affichait une liste d’images rafraichies avec une périodicité très lente. Chacune représentait le flux vidéo qu’un internaute diffusait à ce moment précis quelque part sur la toile au moyen de son téléphone. Il suffisait de sélectionner l’image pour agrandir la vidéo correspondante sur tout l’écran. Quentin avait pointé au hasard une scène avec un homme d’un certain âge assis à une table de ce qui semblait être un restaurant. Il dégustait du saumon fumé sur du pain grillé et faisait parfois des commentaires sans s’arrêter de manger. Il répondait manifestement à certaines questions qui s’affichait en surimpression sur la vidéo : « [Wesh papi] », « [A quel age] », « [MDRRRRRRR !!!!] », « [Ressemble a JP Papin] », « [Un vieux qui mange des toasts] », « [T’es de Marseille Jean-Louis ?] », « [C just une ALUCINATION COLECTIVE !!!!] », « [Tu pense quoi de l’immigration] »,… Cet homme était manifestement populaire car le flux de petits cœurs qui s’envolaient à droite de l’affichage était dense et régulier. Leur nombre était proportionnel aux « Likes » que les spectateurs envoyaient en touchant leur écran. À en juger par la quantité impressionnante de commentaires et de commentateurs, Quentin estima qu’ils devaient être des milliers à ce moment-là à regarder ce Marseillais manger son pain grillé.

Laisser un commentaire